Publié le 26/03/2019  Dans : Recherche médicale  Vu 103 fois

Un nouveau matériau biomédical qui adore l’eau

Un nouveau matériau biomédical qui adore l’eau

La prévalence croissante des maladies est un facteur clé qui constitue un moteur pour l’industrie biomédicale. L’augmentation combinée du nombre de cas concernant des maladies aiguës et chroniques, notamment les maladies cardiovasculaires, neurologiques, orthopédiques et respiratoires, et de la demande pour des traitements plus avancés et personnalisés stimule considérablement les ventes de dispositifs médicaux sur le marché. Les matériaux thermoplastiques résilients vont être amenés à jouer un rôle essentiel dans la production de dispositifs médicaux de haute qualité.

Une demande croissante pour des matériaux thermoplastiques.

«Le marché mondial des matériaux thermoplastiques utilisés en biomédecine devrait atteindre le chiffre de 27 milliards d’euros d’ici 2025. Le marché connaîtra une croissance substantielle au cours de cette période en raison de la demande croissante en chlorure de polyvinyle polyéthylène polypropylène polyéthylène et polystyrène» explique Jacques Jonsman fondateur de la société de dispositifs médicaux Jonnin.

Le fait que le public soit davantage sensibilisé au sujet de la propension des humains à développer de mauvaises interactions biologiques avec les dispositifs a ouvert la voie à des formulations de revêtement hydrophiles et hydrophobes afin d’aider à minimiser les complications. Contrairement aux revêtements hydrophiles qui ont une affinité particulière pour l’eau, les matériaux hydrophobes la repoussent et affichent une préférence pour un contact avec l’air, les gaz ou d’autres particules hydrophobes.

Jusqu’à présent, peu de progrès ont été réalisés en ce qui concerne le développement de revêtements hydrophiles, qui s’avèrent indispensables pour certaines applications spécifiques. Obtenir ce caractère hydrophile implique une étape supplémentaire de traitement de surface, ce qui augmente le coût de production final du dispositif.

Combler une lacune sur le marché.

Avec le financement européen du projet HydroPLAST, la société danoise Jonnin a répondu à ce besoin non satisfait du marché. «Notre nouveau polymère thermoplastique, baptisé Tensistat, permet de créer des surfaces véritablement hydrophiles juste après le moulage par injection ou l’extrusion. Tout comme les autres matériaux thermoplastiques, Tensistat peut être utilisé dans de nombreuses applications. Notre objectif principal consistait toutefois à développer un polymère pour les applications biomédicales dans lesquelles le caractère hydrophile s’avère indispensable pour assurer la biocompatibilité. Il s’agit par exemple de dispositifs médicaux à usage unique: consommables dédiés au diagnostic, injecteurs tubulaires, cathéters et dispositifs microfluidiques», décrit M. Jonsman.

Tensistat ne nécessite aucun post-traitement pour acquérir ses propriétés hydrophiles. Cela se traduit par des dispositifs biomédicaux moins chers, plus sûrs et plus fiables. Avec des angles de contact de l’eau compris entre 15 et 25 degrés, le matériau crée des surfaces dotées de propriétés très recherchées: flux capillaire rapide et stable, prévention de la formation de bulles d’air, mouillabilité et imprimabilité.

Malgré les nombreux efforts entrepris pour traiter les surfaces de polymères afin de les rendre hydrophiles, cette caractéristique ne dure pas très longtemps. Grâce à l’initiative HydroPLAST, les appareils fabriqués à partir de Tensistat auront une longue durée de vie et conserveront leurs propriétés hydrophiles pendant plus de 10 ans.

>> Pour aller plus loin : http://www.joninn.com/Tensistat.html


Publiez vos communiqués sur achats-industriels.com, cliquez ici