Publié le 20/03/2019  Dans : Actualités technologiques  Vu 327 fois

Des emballages plastiques à base de lait

Des emballages plastiques à base de lait

Avec chaque année qui passe, les bioplastiques continuent de gagner plus de parts de marché. Mais ils demeurent marginaux: à l’heure actuelle, ils représentent seulement environ 1 % de la production totale de plastique en Europe, et seule une recherche et développement plus poussée peut aider à surmonter les barrières restantes à une adoption plus large.

Dans le contexte d’une inquiétude croissante concernant la pollution marine causée par le plastique, le manque de solubilité dans l’eau en est une barrière majeure. Jusqu’à présent, la plupart des tentatives d’élaboration de plastiques hydrosolubles reposaient sur des polymères à base de pétrole, alors que le Saint Graal aurait pu en fait reposer depuis tout ce temps sur… les protéines laitières.

Vous avez des protéines laitières?

Lactips, une PME française construite autour du concept de l’élaboration de pastilles thermoplastiques à partir de protéine laitière, investit fortement dans la production et la commercialisation de leurs premières utilisations. À en juger par les 3,7 millions d’euros qu’ils ont levés en 2018, il se passe vraiment quelque chose.

«Notre produit est le seul thermoplastique au monde basé sur des biomatériaux fiables et propres (d’origine bio et biodégradable), à être hydrosoluble à température ambiante», indique Jean‑Antoine Rochette, directeur général de Lactips, l’entreprise derrière le projet ECOLACTIFILM (A Water-Soluble Packaging to Unlock New Markets). «Pour le produire, nous améliorons la protéine laitière principale déclassée appelée caséine, auparavant détruite, pour créer un polymère transformable. La caséine est renouvelable, biodégradable et compostable, et elle permet de mettre au point un bioplastique dépourvu de toxicité aquatique significative.»

Avez‑vous déjà remarqué comment les pastilles de détergent pour lave‑vaisselle sont généralement emballées dans un emballage plastique soluble? Grâce à Lactips, ce film soluble à base de PVA qui se dissout, mais ne se biodégrade pas dans l’eau ou les sols, peut être remplacé par des plastiques à base de protéine laitière et portant l’Écolabel et la certification Ecocert. Contrairement au PVA, dont la biodégradation aérobie se limite à 13 % au bout de 21 jours dans l’eau, la solution de Lactips peut quasiment atteindre une biodégradation de 100 % en 28 jours.

«Tout dans notre produit a été conçu en gardant en tête l’impact environnemental: de l’origine des matériaux à la fin de la durée de vie du produit, dont sa production (une analyse du cycle de vie est actuellement en cours). Notre température de transformation pour élaborer les pastilles est la seule énergie utilisée durant l’intégralité du cycle de vie, et cette température est deux fois inférieure à celle requise pour la transformation du PVA», explique M. Rochette.

Vers le marché et au‑delà

Les ventes ont débuté au dernier trimestre de l’année 2018, et Lactips et ULRICH‑Natürlich ont déjà trouvé un accord sur la première vague de commandes. Le fabricant allemand de produits d’entretien et de nettoyage respectueux de l’environnement a l’intention d’utiliser cette technologie brevetée pour ses pastilles pour lave‑vaisselle. «Utiliser les produits Lactips est une belle aventure. Ce film sans plastique, qui n’empoisonne pas l’eau, sera un avantage pour nous et pour les consommateurs. Ainsi, les consommateurs peuvent également utiliser des pastilles emballées dans un film sain, et ils n’ont pas besoin de s’inquiéter à propos des ingrédients», déclare Klaus Röhrle, directeur de la recherche et développement à ULRICH‑Natürlich.

L’emballage d’une pastille de détergent est juste un exemple du potentiel de Lactips. L’entreprise a déjà des vues sur de nouveaux marchés, tels que celui de la construction, des colorants, de l’industrie textile, du secteur agro‑chimique et du marché alimentaire. Lactips prévoit d’implanter rapidement une usine de 2 500 m2 dans sa région dans le cadre de sa stratégie 100 % «Fabriqué en France» et a l’intention de renforcer davantage sa capacité de production.

«Nous apportons des solutions aux besoins sociétaux, en protégeant la planète, en particulier les océans, tout en répondant aux exigences de l’industrie du plastique. Élaboré à partir d’une expertise brevetée scientifique et technologique, notre matériau combine les intérêts sociaux, environnementaux et économiques pour poser les fondations d’une industrie vertueuse», conclut M. Rochette.

>> Pour aller plus loin : http://lactips.com/fr/accueil/


Publiez vos communiqués sur achats-industriels.com, cliquez ici