Catégories

Une solution sans hormones qui promet de potentialiser la viabilité de l’aquaculture

Depuis 1961, la consommation mondiale de poissons a doublé au rythme de la croissance démographique. La pisciculture constitue une solution essentielle à la pression exercée sur les zones de surpêche en ce qui concerne leur viabilité.

Si la viabilité a été le moteur de la croissance du secteur de l’aquaculture, elle est également à présent en train de le transformer. Le projet EASYFISH, financé par l’UE, a développé un traitement rentable et simple promettant de résoudre les problèmes de fertilité associés à la captivité, tout en éliminant le besoin d’avoir recours à des hormones exogènes, qui constituent actuellement l’unique solution.

L’essor de l’aquaculture et la chute de la fertilité

L’aquaculture est l’équivalent aquatique de l’exploitation agricole terrestre. Tandis que la «production» de poissons captifs est restée relativement stable au cours de ces dernières décennies, la production de poissons en aquaculture a quant à elle augmenté. Elle a atteint presque la moitié de la production totale dans le monde en 2016 et il est prévu qu’elle fournisse approximativement deux tiers de la production mondiale de poissons d’ici 2030.

Les poissons élevés dans un environnement de captivité sont confrontés à des problèmes de reproduction, notamment l’absence d’ovulation spontanée chez les femelles et la spermiation chez les mâles. La maîtrise de la fonction reproductrice par l’utilisation d’hormones exogènes coûteuses constitue actuellement le seul moyen d’obtenir des œufs fertilisés. Comme l’explique Marie‑Christine Maurel, coordinatrice du projet, «les hormones exogènes extraites de l’hypophyse des poissons matures (la carpe et le saumon) sont injectées en tant qu’extrait brut soluble. Elles représentent un risque potentiel pour la santé des consommateurs, contrairement aux protéines recombinantes produites dans un environnement hautement surveillé et respectant les bonnes pratiques de fabrication (BPF).» EASYFISH est conçu pour fournir un traitement plus simple, moins coûteux, plus efficace et sans hormones.

Restaurer l’équilibre en l’absence d’hormones exogènes

Les anticorps monoclonaux (AM) sont des protéines hautement spécifiques fabriquées en laboratoire qui se rattachent uniquement à une certaine substance. La société coordinatrice ReproPharm Vet a développé un AM qui potentialise l’activité de l’hormone endogène folliculostimulante et de l’hormone lutéinisante circulant dans le sang des mammifères. Selon Mme Maurel, «des études expérimentales menées sur les mammifères d’élevage ont démontré que cette molécule s’avère plus efficace que les hormones exogènes. De plus, aucune cytotoxicité n’a été constatée à des doses dix fois supérieures à la dose efficace, et le traitement ne requiert qu’une seule injection intramusculaire.»

Des études de pharmacologie cinétique ont montré que l’apurement est suffisamment court pour éliminer la molécule injectée bien avant la consommation. EASYFISH teste désormais la capacité de sa molécule à potentialiser les gonadotrophines endogènes des poissons d’élevage, notamment chez les espèces ciblées avec une valeur ajoutée élevée. Elle a démontré jusqu’à présent des résultats préliminaires prometteurs.

Cultiver la compétitivité accrue de la pisciculture dans le monde

On s’attend à ce que la production mondiale de l’aquaculture atteigne plus de 93 millions de tonnes d’ici 2030. Le marché ciblé est celui des écloseries qui élèvent les poissons adultes pour produire des œufs qui sont ensuite fertilisés et éclos dans des viviers. La reproduction constituant le principal problème auquel sont confrontées ces écloseries, le traitement EASYFISH pourrait donc avoir une valeur ajoutée significative.

Une étude de marché a confirmé la pertinence économique de cette nouvelle stratégie pour la pisciculture ainsi que sa pertinence pour la demande des consommateurs. Comme le résume Mme Maurel, «nous avons développé une méthode innovante sans hormones et respectueuse de l’environnement pour stimuler la reproduction chez les poissons d’élevage. Elle apportera une valeur ajoutée essentielle pour ce secteur des animaux, avec une efficacité renforcée pour les producteurs et un produit plus sain répondant à la demande des consommateurs. Nous sommes actuellement à la recherche d’un financement supplémentaire et de nouvelles collaborations avec des partenaires de la recherche spécialisés pour poursuivre dans cette voie.»


>> Pour aller plus loin : http://www.repropharmvet.com/index.php/fr/

>> Source :  Development of a new biomolecule to better control reproduction in fish - Résultats de la recherche de l’UE

PayPal