Publié le 03/12/2019  Dans : Environnement  0 Commentaire   Vu 342 fois

Améliorer les opportunités de valorisation des matériaux issus des flux de rebuts grâce à une meilleure gestion des déchets

Améliorer les opportunités de valorisation des matériaux issus des flux de rebuts grâce à une meilleure gestion des déchets

Ce flux de déchets a des impacts environnementaux multiples et variés, et pose de nombreux problèmes liés à sa logistique, à son utilisation et à sa gestion, expliquent la Dre Raquel Giner Borrull et Ana Isabel Crespo Soler, toutes deux rattachées à AIMPLAS, coordinateur du projet URBANREC. «L’absence d’une réglementation rigoureuse constitue un autre défi, ainsi que les résultats médiocres sur les marchés dus, entre autres, à l’inexistence de méthodes de valorisation rentables», ajoutent-elles.

Gérer les déchets encombrants dans un espace européen hétérogène

La gestion des déchets encombrants est réglementée et organisée dans tous les pays de démonstration du projet: Belgique, Espagne, Pologne et Turquie. Bien que les économies et les sensibilités sociales diffèrent d’un pays à l’autre, ils partagent un objectif commun: améliorer la gestion de leurs déchets encombrants.

La Région flamande de Belgique est le territoire qui possède l’un des systèmes de collecte les plus développés d’Europe et peut se targuer de plusieurs succès dans la promotion de la réutilisation et du recyclage (pour obtenir des produits à haute valeur ajoutée) des déchets volumineux. La Flandre dispose d’un réseau bien organisé de centres et de magasins consacrés à la réutilisation et a interdit la mise en décharge des déchets recyclables et incinérables.

À Valence (Espagne), «il est courant pour les personnes dont les moyens de subsistance sont limités de recourir à la vente de ferraille pour survivre», rapportent les coordinatrices. Bien que cela soit généralement toléré par les municipalités, cela crée des difficultés dans la mise en œuvre d’une approche de réutilisation ou de recyclage des matériaux dans les déchetteries concernées. «À Valence, le projet a contribué à rendre visible et à quantifier l’impact du problème devant nos maires, afin que nous puissions exiger leur collaboration active et celle des acteurs de l’économie sociale, tout en cherchant également à moyen terme à favoriser l’insertion sociale et professionnelle de ces personnes dans l’activité de préparation à la réutilisation elle-même.»

Varsovie (en Pologne) met actuellement en œuvre de nouvelles règles pour la collecte sélective des déchets municipaux. Dans le contexte des activités de réutilisation ou de recyclage des déchets encombrants, il est important d’assurer des conditions permettant une séparation adéquate des déchets afin d’obtenir des produits et des matériaux de qualité appropriée.

À Izmir (en Turquie), il existe peu de règles portant spécifiquement sur les déchets encombrants. Toutefois, de nouvelles mesures juridiques et pratiques sont prises pour en améliorer la gestion. Les activités et les résultats du projet pourraient, par exemple, aider à l’élaboration de mécanismes de fonctionnement des déchetteries qui sont encore en construction dans l’ensemble du pays.

Établir les bases d’une législation future

À ce jour, les réalisations les plus importantes d’URBANREC sont le transfert de connaissances et l’expérimentation, la collecte à des fins de recyclage et des programmes éducatifs adaptés aux besoins des citoyens. «Les solutions développées dans le cadre d’URBANREC contribueront à réduire le recours à des ressources fossiles, à améliorer la réutilisation des déchets et à transformer les rebuts en matières premières, permettant ainsi une réduction de 10 à 20 % des émissions de CO2», se réjouissent Giner Borrull et Crespo Soler. Enfin, un guide a été élaboré pour la mise en œuvre de la gestion URBANREC au niveau de l’UE; il inclut 15 recommandations de projets visant à améliorer le cadre de l’UE relatif aux déchets volumineux.

Les autorités locales impliquées dans le projet s’engagent à considérer ses résultats comme une base pour la législation future ainsi que pour les incitations à la réutilisation/recyclage dans le cadre de leurs compétences. Commentant l’impact à long terme d’URBANREC, les coordinatrices estiment qu’il «devrait conduire à une réduction du nombre total de déchets encombrants et à une meilleure gestion grâce à une réutilisation efficace et au recyclage des articles non-réutilisables (grâce à la collecte sélective et à un réseau étendu de déchetteries)».

>> Pour aller plus loin : https://urbanrec-project.eu/

>> Source : New approaches for the valorisation of URBAN bulky waste into high added value RECycled products - Résultats de la recherche de l’UE

>> Crédit photo : Nathan Copley

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour cet article

Envoyer un commentaire

Rafraîchir l'image

Envoyer