Publié le 26/11/2019  Dans : Environnement  0 Commentaire   Vu 118 fois

Une nouvelle approche de la gestion de l’eau contribue à atténuer les effets du changement climatique

Une nouvelle approche de la gestion de l’eau contribue à atténuer les effets du changement climatique

Le projet BINGO, financé par l’UE, a développé des solutions à plusieurs défis spécifiques liés au climat qui affectent des ressources en eau très vulnérables ayant une importance stratégique. «Des gestionnaires de l’eau et d’autres parties prenantes reçoivent des informations sur des scénarios climatiques spécifiques à une résolution spatio-temporelle adaptée à leurs besoins, ce qui leur permet d’agir aux niveaux local, régional et européen», explique Rafaela de Saldanha Matos, coordinatrice du projet.

Les membres du consortium ont étudié six sites de recherche dans le nord et le sud de l’Europe, couvrant un échantillon représentatif des conditions climatiques et des cycles de l’eau aux niveaux local et régional en Europe sur différentes échelles de temps. Ils ont établi des lignes directrices pour créer et améliorer une collaboration gagnant-gagnant entre chercheurs et parties prenantes et ils ont travaillé sur des problèmes communs. «Ceux-ci incluaient notamment les inondations et les sécheresses, la nécessité d’assurer la qualité de l’eau, les besoins concurrents en eau émanant de l’agriculture, des centres urbains et du tourisme, et la nécessité de garantir la sécurité hydrique», explique Matos.

Un effort à l’échelle de l’Europe

Les partenaires du projet ont développé des connaissances et des outils pour une gestion plus efficace des ressources en eau en Europe, comme en témoigne le portefeuille en ligne de mesures d’adaptation à l’usage des utilisateurs finaux, des gestionnaires de l’eau et des décideurs et responsables politiques touchés par le changement climatique, ces mesures leur permettant de mieux faire face à toutes les projections climatiques, y compris les phénomènes météorologiques extrêmes. «Afin de mettre la recherche au service de la société, BINGO a engagé des agriculteurs individuels à Chypre et de grandes organisations de gestion de l’eau en Allemagne, des autorités et associations chargées de l’irrigation au Portugal, des compagnies des eaux au Portugal et en Norvège, et des municipalités et une autorité métropolitaine en Espagne.

L’humidité des sols et la faune ont été étudiées aux Pays-Bas et des équipements de terrain spécifiques y ont été conçus et installés pour effectuer des mesures sur site. Chypre a suivi la méthodologie et l’équipement utilisés pour mieux évaluer les sécheresses. Matos souligne: «Ces exemples témoignent de la riche diversité du climat, des utilisations du sol, des identités, des cadres juridiques et institutionnels, des organisations et des niveaux d’engagement au sein du projet. Ils ont tous acquis de nouvelles informations, des connaissances et une préparation pour l’avenir.»

La transférabilité et une meilleure communication parmi les avantages

L’une des plus grandes forces de BINGO est sa transférabilité à d’autres domaines grâce à l’implication de parties prenantes issues d’horizons différents. «Que vous soyez un chercheur à la recherche de données ou de méthodologies, un décideur politique en quête de soutien pour ses prises de décision, un technicien en gestion de l’eau, en approvisionnement en eau ou en agriculture cherchant à comprendre comment planifier l’avenir, ou même si vous ne correspondez pas à ces profils mais que vous êtes simplement préoccupé par les impacts du changement climatique sur l’eau dans votre municipalité, vous trouverez des informations pertinentes dans les connaissances produites par le projet», explique Mme Matos.

BINGO a grandement contribué à améliorer la communication entre chercheurs et non-chercheurs et à accroître la sensibilisation aux effets du changement climatique sur les inondations et les sécheresses, via l’organisation de plusieurs événements destinés au grand public et la diffusion mondiale des résultats du projet. «Nous avons créé une approche nouvelle et globale de l’action climatique et de la gestion du cycle intégré de l’eau qui peut être suivie par d’autres en Europe et dans le monde entier. Nous avons également produit des lignes directrices pour améliorer les collaborations gagnant-gagnant entre les chercheurs et les acteurs concernés», conclut Mme Matos.

>> Pour aller plus loin (en anglais) : www.projectbingo.eu

>> Source : Résultats de la recherche de l’UE

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour cet article

Envoyer un commentaire

Rafraîchir l'image

Envoyer