Publié le 03/07/2019  Dans : L'actualité du secteur des énergies  0 Commentaire   Vu 456 fois

L'hydrogène pourrait permettre de répondre à 18 % de la demande finale en énergie

L'hydrogène pourrait permettre de répondre à 18 % de la demande finale en énergie

L’hydrogène est couramment utilisé pour toute une gamme d’applications industrielles, dont la transformation alimentaire et le raffinage pétrolier. Les véhicules à hydrogène et les initiatives énergétiques à base d’hydrogène sont récemment devenus des secteurs en croissance en Asie, en Europe et aux États-Unis du fait de leur immense potentiel en matière de réduction des émissions.

Toutefois, du fait de sa densité extrêmement faible, l’hydrogène doit nécessairement être compressé à des pressions allant jusqu’à 700 bars ou être liquéfié à des températures inférieures à -250 °C pour être stocké et transporté. Ces options, très complexes d’un point de vue technique, s’avèrent également inefficaces et très onéreuses dans la mesure où elles nécessitent d’importants investissements en infrastructures.

Depuis sa fondation en 2013, Hydrogenious Technologies a mis l’accent sur la commercialisation d’une technologie à base de liquides organiques porteurs d’hydrogène (LOHC, pour Liquid Organic Hydrogen Carrier en anglais) permettant un transport sûr et efficace de l’hydrogène dans des huiles de support liquides. Avec le soutien de l’UE, le projet Hydrogenlogistics a conçu, construit et testé à l’échelle industrielle un système modulaire de déshydrogénation LOHC (ReleaseBOX) destiné à l’approvisionnement des stations de ravitaillement en hydrogène (SRH), un des marchés clés pour cette technologie.

Il s’agit de la première usine LOHC au monde fonctionnant avec une technologie de compression et d’adsorption par inversion de pression aux fins de produire de l’hydrogène à haute pression et de haute qualité pour les applications SRH.

Les LOHC

Le concept de stockage chimique de l’hydrogène dans des LOHC est connu depuis les années 1970. Hydrogenious Technologies y a apporté sa contribution en identifiant un fluide de transport adapté, le dibenzyltoluène, un fluide caloporteur largement disponible et économique, ainsi qu’en optimisant et en systématisant les processus chimiques afin d’obtenir un produit commercialisable.

«La densité de stockage de l’hydrogène dans les LOHC est jusqu’à cinq fois supérieure à celle du stockage standard à haute pression, ce qui signifie qu’un mètre cube de LOHC peut transporter environ 57 kg d’hydrogène. Il est par conséquent possible d’accroitre la capacité de transport par camion, train ou bateau et donc de diminuer le coût pour les consommateurs», explique le Dr Martin Schneider, responsable gestion de produit chez Hydrogenious Technologies.

Le stockage chimique dans le dibenzyltoluène est réversible, et ce fluide LOHC peut donc être recyclé plusieurs fois. En outre, de par la nature non toxique, très peu inflammable et non explosive de ce support de l’hydrogène, il peut être transporté dans des conditions ambiantes à l’aide des infrastructures existantes utilisées pour les combustibles liquides (pipelines, camions citerne, bateaux, trains).

Un moteur de la révolution de la croissance verte à venir

Pour atteindre l’objectif que s’est fixé l’UE de réduire globalement les émissions de gaz à effet de serre de 80 % d’ici 2050, il est indispensable de changer radicalement notre gestion des transports, du chauffage et du secteur industriel. Le remplacement des combustibles fossiles par des sources d’énergie renouvelables dans les secteurs de la mobilité et des transports devra aller de pair avec des solutions efficaces pour accroitre la disponibilité des énergies renouvelables volatiles sur les plateformes mobiles.

Dans ce cadre, l’hydrogène est une option prometteuse dans la mesure où ce gaz peut être produit à partir de sources renouvelables en «séparant» les molécules liées d’hydrogène et d’oxygène de l’eau grâce à un processus appelé électrolyse. Par ailleurs, il permet un approvisionnement rapide et une forte autonomie, y compris pour les gros camions et les bus.

Aujourd’hui, Hydrogenious propose StoragePLANT avec une capacité d’absorption d’hydrogène de 12 tonnes par jour et des unités de dégagement permettant de fournir 1,5 tonne d’hydrogène par jour pour l’approvisionnement industriel ou pour les applications SRH.

Les systèmes d’Hydrogenlogistics sont exploités sur site depuis 2018 chez un fournisseur d’hydrogène industriel basé aux États-Unis (United Hydrogen Group). Actuellement, l’équipe construit deux unités pour un projet financé par l’UE dénommé HySTOC, les tests sur site sont prévus pour cette année. Par ailleurs, une unité pilote est en cours de préparation pour être installée dans une SRH commerciale en Allemagne, avec un lancement prévu en 2020.

«Grâce à la technologie LOHC, le transport de l’hydrogène à grande échelle et à l’international devient techniquement et financièrement viable. Les LOHC sont le maillon qui manquait et vont désormais permettre de progresser vers une économie mondiale de l’hydrogène», ajoute le Dr Schneider.

>> Pour aller plus loin (en anglais) : https://www.hydrogenious.net/index.php/en/hydrogen-2-2/

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour cet article

Envoyer un commentaire

Rafraîchir l'image

Envoyer