Publié le 13/06/2019  Dans : Actualités technologiques  Vu 108 fois

Des interfaces sensorielles basées sur la nanotechnologie et dotées d’une conscience cognitive

Des interfaces sensorielles basées sur la nanotechnologie et dotées d’une conscience cognitive

L’intégration de nombreuses disciplines et de domaines d’expertise variés a toujours été à l’origine d’une croissance et de progrès exceptionnels qui ne seraient pas réalisables autrement. Le projet NANOARCHITECTRONICS est à l’avant-garde de cette prochaine grande fusion.

La convergence de la nanotechnologie, des architectures hiérarchiques et de l’électronique promet de déclencher le développement de surfaces sensorielles novatrices et de «peaux» intelligentes dotées de capacités sans précédent. NANOARCHITECTRONICS a réuni 13 partenaires de 8 pays européens afin de définir un langage commun, des bases théoriques et une feuille de route de recherche. Outre l’unification des concepts et de la stratégie, le consortium a lancé ce projet avec de nombreuses activités de collaboration et de diffusion.

La vision de la détection

NANOARCHITECTRONICS facilite la convergence des principes conventionnels des systèmes électromagnétiques avec des architectures hiérarchiques à l’échelle nanométrique. Le résultat s'illustrera par des systèmes pionniers reconfigurables et adaptatifs répondant à l’ensemble du spectre des fréquences électromagnétiques.

Les chercheurs du projet considèrent le domaine comme pionnier dans le développement de systèmes de détection synthétiques interagissant naturellement avec nous. Comme l’explique Stefano Maci, coordinateur du projet: «Le nouveau domaine vise les interfaces sensorielles entre un sujet (personne ou système) et l’environnement. Elles ressembleront à des peaux synthétiques et mutables. Ces interfaces feront évoluer leurs fonctionnalités de manière cognitive afin de maximiser les connexions et les capacités de surveillance/détection.»

Définir le présent, orienter l’avenir

Conçu pour fournir un langage standard, NANOARCHITECTRONICS définira des limites claires pour la recherche actuelle et une feuille de route pour l’avenir. Dans une discipline émergente née de la convergence de nombreuses technologies de pointe, notamment la nanophotonique, la plasmonique, la nanoélectronique et les matériaux intelligents, la tâche n’était pas simple.

Le consortium a mis au point un cadre basé sur trois domaines de recherche nouvellement baptisés, chacun étant un croisement entre de nombreux autres domaines. L’ingénierie des matériaux à l’échelle nanométrique et la conception multi-échelles permettant la modélisation unissent ces domaines.

À l’aide de ces domaines de recherche définis, l’équipe a élaboré la feuille de route stratégique, comblant le fossé entre la recherche théorique et la recherche axée sur les défis sociétaux et la compétitivité industrielle. Elle comprend un calendrier et des recommandations pour que la recherche aboutisse à une «connectivité multiple», consolidant le leadership européen dans des domaines clés et le renforçant dans les pays émergents.

Tous les efforts et les résultats détaillés ont été exploités de nombreuses manières, avec des résultats remarquables.

NANOARCHITECTRONICS a créé le Centre virtuel NTX pour aider les partenaires à diffuser le paradigme NANOARCHITECTRONICS au sein des communautés de la recherche/de l'industrie et à renforcer leur potentiel de recherche. Le référentiel joint commun contient des données, des résultats, des modèles et des outils destinés aux chercheurs travaillant sur des projets de nanoarchitectronique.

La Coopération internationale était au centre de trois activités destinées au monde de la recherche, aux gouvernements locaux et aux partenariats public-privé. L’organisation et/ou la participation à une multitude d’événements internationaux tels que des ateliers et des sessions spéciales de conférences comprenaient trois cours spécialisés cours de doctorat.

Le projet NANOARCHITECTRONICS a fait plus que produire des concepts unificateurs, il a unifié une multitude d’organisations travaillant à la pointe de cette technologie émergente. En conclusion, selon Stefano Maci, NANOARCHITECTRONICS a réussi à «constituer une vaste communauté, comptant actuellement 50 partenaires, et à définir une vision phare de la nouvelle technologie clé des interfaces nanostructurées dans le contexte plus large de la nano-ingénierie».

Plus précisément, le partenariat académique–industriel du réseau FORESEEN, à l’origine du concept de nanoarchitectronique et du projet actuel, est passé de 33 à 50 partenaires. Ce groupe, ainsi que 72 autres institutions des communautés de la spintronique, des métamatériaux et de la nanophononique ont souscrit à une vision phare des interfaces nanostructurées. Avec NANOARCHITECTRONICS, le navire a quitté le port.

>> Pour aller plus loin (en anglais) : http://nanoarchitectronics.eu/


Publiez vos communiqués sur achats-industriels.com, cliquez ici