Publié le 09/03/2019  Dans : Recherche médicale  Vu 203 fois

Réadaptation cardiaque à domicile adaptative, personnalisée et favorisant l’inclusion sociale

Réadaptation cardiaque à domicile adaptative, personnalisée et favorisant l’inclusion sociale

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la maladie cardiovasculaire (MCV) est l’une des principales causes de décès prématuré dans le monde et une estimation récente fixe son coût pour l’économie européenne à 210 milliards d’euros par an. Les changements démographiques et la détérioration des modes de vie pourraient aggraver cette situation, à moins que des solutions, comme celles développées par le projet PATHway de l’UE, ne renversent la tendance.

Malgré le succès de la réadaptation cardiaque (RC) en ce qui concerne la réduction des taux de morbidité et de mortalité, l’adoption et l’adhésion à la RC communautaire reste faible dans toute l’UE.

Le projet PATHway, soutenu par l’UE, propose un changement de paradigme qui permet aux patients de mieux gérer la MCV de manière autonome dans un cadre de soins collaboratifs. Le projet a élaboré une plateforme fondée sur des capteurs, connectée à Internet, permettant de pratiquer des exercices à la maison, et offrant la possibilité aux utilisateurs de participer à des exercices adaptables et personnalisés à distance.

L’équipe a récemment achevé un essai impliquant 120 participants (60 utilisant PATHway et 60 un témoin), de Belgique et d’Irlande, qui se sont soumis à la phase 3 de la RC communautaire. Ils ont constaté que, non seulement le système a été accepté par la plupart des patients et des cliniciens, mais son système d’aide à la décision a augmenté le temps passé par les patients à être physiquement actifs et à faire de l’exercice. Ces aspects ont entraîné des mesures favorables concernant l’état de santé cardiaque par rapport au groupe témoin.

Une approche flexible et axée sur l’utilisateur.

’adoption européenne de la RC communautaire a été estimée à seulement 11 %. Certaines personnes se trouvent trop loin des programmes ou ont accès à des options limitées d’autres éprouvent des problèmes d’horaires ou encore se sentent intimidées par le fait de participer à une activité de groupe.

«Notre approche axée sur la personne comprenait un processus répétitif de conception conjointe à quatre phases, ainsi que des essais avec des utilisateurs», explique le Dr Kieran Moran. «Guidés par la théorie du changement de comportement, nous avons incorporé 22 techniques à la conception finale, associées à des solutions technologiques afin de satisfaire les besoins identifiés des utilisateurs.»

PATHway a travaillé avec 400 utilisateurs potentiels et 50 professionnels cliniques en utilisant des questionnaires, des groupes de discussion et des entretiens individuels pour concevoir la plateforme de réhabilitation, qui propose un programme d’exercices de type «entraîneur virtuel» sur des ordinateurs sous Windows.

Les participants portent un moniteur au poignet qui mesure leur fréquence cardiaque. Lorsqu’elle est trop élevée, PATHway diminue automatiquement l’intensité de l’exercice, si elle est trop faible, il l’augmente, gardant ainsi la fréquence cardiaque de l’utilisateur à une valeur idéale.

Le système utilise une caméra de profondeur (Microsoft Kinect) pour saisir les mouvements du participant (visibles à côté de l’entraîner virtuel), tout en recevant des commentaires motivants. La complexité des exercices est adaptée automatiquement aux capacités de l’utilisateur, qui sont suivies au fil du temps. Toutes les informations concernant les activités sont rassemblées et mises à disposition des utilisateurs sur le tableau de bord de la plateforme pour les aider à atteindre leurs objectifs.

Les utilisateurs sont encouragés à être physiquement actifs en dehors de chez eux via la fonction de suivi du moniteur au poignet, ainsi qu’en ciblant d’autres défis concernant le mode de vie comme l’alimentation, la consommation d’alcool, la gestion du stress, l’observance thérapeutique ou l’arrêt du tabac, par le biais de messages de soutien.

«Nous souhaitons également que les personnes soient socialement actives, qu’elles se soutiennent mutuellement sur le plan émotionnel pendant une période qui peut s’avérer difficile. Ainsi, nous avons permis aux utilisateurs d’établir des liens, que ce soit virtuellement, pendant les exercices, ou physiquement, en allant par exemple se promener ensemble», explique le Dr Moran.

Améliorer la qualité et la durée de vie.

PATHway contribue à l’ambition de l’UE d’aider les citoyens à mieux gérer leur santé de manière autonome, non seulement en améliorant la qualité et la durée de vie, mais également en réduisant les coûts directs et indirects liés à la santé.

À ce jour l’équipe analyse les données pour en apprendre plus sur la manière dont PATHway a influencé les indicateurs de santé des utilisateurs. «Les données agrégées nous permettront de personnaliser davantage les programmes. En outre ce type de données directes bénéficient du fait de ne pas dépendre des autodéclarations des utilisateurs qui s’avèrent extrêmement imprécises ce qui nous apporte une meilleure compréhension sur la manière dont les systèmes fondés sur la santé mobile peuvent être efficaces pour la réadaptation et la gestion de la santé» détaille le Dr Moran.

Le système PATHway est désormais prêt à être lancé commercialement, l’équipe cherchant activement des partenaires.

>> Source et pour aller plus loin : http://pathway2health.eu/