Publié le 09/04/2019  Dans : L'actualité du secteur des énergies  Vu 106 fois

Total et l’État de Papouasie-Nouvelle-Guinée signent l’accord gaz pour le projet Papua LNG.

Total et l’État de Papouasie-Nouvelle-Guinée signent l’accord gaz pour le projet Papua LNG.

Port Moresby, le 9 avril 2019 – Total et ses partenaires, ExxonMobil et Oil Search, ont signé l’accord gaz avec l’État indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée, définissant le cadre fiscal pour le projet Papua LNG. Cet accord permet aux partenaires de lancer les études d’ingénierie (FEED) qui conduiront à une décision finale d’investissement en 2020.

« La finalisation de l’accord gaz représente une étape majeure pour le projet Papua LNG, confirmant l’engagement des partenaires et du Gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée à faire de ce projet une réussite pour l’ensemble des parties prenantes », a déclaré Patrick Pouyanné, Président-directeur général de Total. « Nous nous réjouissons du progrès de ce projet GNL compétitif, qui bénéficie des synergies avec des installations de liquéfaction existantes ainsi que de sa proximité des marchés asiatiques. Il renforcera nos positions dans le Bassin Pacifique et assurera la croissance de notre portefeuille de GNL à long terme. »

Le projet Papua LNG d’une capacité de 5,4 millions de tonnes par an (Mtpa) comprendra deux trains de liquéfaction de 2,7 Mtpa chacun et permettra d’exploiter de ressources gazières de plus de 1 milliard de barils équivalent pétrole. La production de gaz sera opérée par Total, tandis que l’usine de GNL sera développée sur le site du projet PNG LNG, opéré par ExxonMobil, via une extension des installations existantes de Caution Bay.

Depuis la signature d’un protocole d’accord en novembre 2018, les études d’ingénierie préliminaires (pré-FEED) et l'étude d'impact sur l'environnement ont été menées à bien.

Total est opérateur des gisements à terre d’Elk et Antelope et est le principal actionnaire du permis PRL-15 avec une participation de 31,1 %, aux côtés d’ExxonMobil (28,3 %) et Oil Search (17,7 %), après exercice par l’État de son droit d’entrée à hauteur de 22,5 %.


Publiez vos communiqués sur achats-industriels.com, cliquez ici